Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
  • Page :
  • 1

SUJET :

Arthur ... un matin de septembre 1934 il y a 3 ans 2 mois #32407

  • le_prisoner
  • Portrait de le_prisoner Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Messages : 1402
  • Remerciements reçus 15
Au petit jour, un matin de Septembre 1934, mes pas m’ont conduit à l'hôpital St Mary Bethlehem plus connu sous le nom de Bedlam. Ce jour restera gravé à jamais dans ma mémoire comme un triste jour …

Mon tuteur au séminaire, que je considère comme mon père spirituel donc en quelques sorte mon second père, est en phase de convalescence en ces murs. Sans réelle nouvelle de sa part depuis près de 2 ans, j’étais impatient de revoir ce grand homme avec qui j’ai passé tant de temps à débattre de théologie et qui a guidé mes premiers pas dans cette grande église anglicane.

Deux ans c’est long ! Il était parti du jour au lendemain pour prendre un peu de repos dans un premier temps à ce que l’on m’avait dit et puis plus rien… le silence. Absorbé par mes études, Roger, la découverte de la Broad Church, du père Temple, le temps à fait son œuvre. Quand je me suis réveillé, j’ai su qu’il avait besoin de repos car il vieillissait puis qu’il était entré à Bedlam car son esprit vacillait et qu’il avait besoin d’un suivi quotidien.

Mais la réalité m’a rattrapé dès mon entrée dans cet établissement. Dans un cadre bucolique, il est charmant au demeurant cet hôpital. Mais derrière cet façade se cache la triste vérité de sa fonction première : la psychiatrie ! L’odeur, les bruits, les geignements, la rudesse des intervenants, tout montre la dureté des pathologies traité en ces lieux … que c’est compliqué de s’occuper des maux de l’esprit.

Et malheureusement Abraham n’échappe pas à la règle, il est bien ici pour traiter son esprit et non pas seulement prendre du repos. Je découvre un tuteur bien affaibli dans sa chair mais surtout dans son esprit. Il semble bien plus vieux aujourd’hui et surtout son esprit si fin, si aiguisé d’antan à fait place à un tissu d’incohérences. Il me semble aujourd’hui si vieux, si fragile. Lui d’habitude si enjoué et bien de sa personne est maintenant agité de tics nerveux. Il semble maintenant dévoré par une passion pour les oiseux. Il ne parle plus que de cela et ne semble vivre que pour ses moments de paix apparente passés dehors à nourrir les oiseaux et faire des mots croisés.

Mais ne n’est qu’un semblant de paisibilité, même en conversant tranquillement, les tics nerveux augmentent, ses mains griffonnent des signes incompréhensibles sur ses mots croisés, sa conversation devient erratique et incohérente. Puis la crise augmente de façon spectaculaire obligeant l’infirmière à le sédaté. Le docteur Bradfield m’apprend que malheureusement cela lui arrive souvent. Pendant qu’on le transporte dans sa chambre endormis, je range ses affaires et découvre de bien mystérieux signes cabalistiques sur le journal ressemblant étrangement à une spirale dont les bords sont parsemés d’étoiles.

Dans sa chambre, austère et confortable, je découvre des croquis étranges, voir inquiétant d’oiseaux tous plus difformes les uns que les autres. Un sentiments étrange et malsain me saisis devant plusieurs de ses croquis et je me permets d’en prendre certains pour pouvoir mieux les regarder plus tard dont notamment un représentant un homme au centre d’un cercle d’oiseaux.

Je découvre avec stupeur aussi une pile de lettre semblant être une correspondance entre mon ami et le bibliothécaire de l’université de Brichester, monsieur Singh, concernant les oiseaux. C’est décidément une obsession pour mon ancien tuteur. Il semble rechercher de quelle espèce proviennent les oiseaux bizarroïdes qu’il dessine. Monsieur Singh semble lui conseiller de venir consulter un livre : les créatures hypothétiques et faits. Un titre bien intriguant et une lecture bien étrange pour un homme de fois.

A son réveil Abraham est bien plus calme, surement le sédatif qui agit. Mais son obsession est ben toujours présente. Il n’y a plus que ses foutus oiseaux qui l’interresse et il ne me reconnait pas tout de suite comme s’il avait déjà oublié notre rencontre dans le jardin. Il est de plus en plus incohérent ne laissant aucun doute dorénavant de sa faiblesse mentale. Il me demande de lui enlever ce qu’il a dans la tête, il ne veut plus être surveillé par les oiseaux car cela fait bien trop longtemps que cela dure … tout est bien trop incohérent. Et il se gratte la tempe tentant d’enlever un hypothétique corps étranger de sa tête et j’ai toutes les peines du monde à le calmer. Il faut que je me rende à l’évidence mon très cher amis perd la raison.

Une sourde colère m’envahit, je veux comprendre : qu’est-ce qui a pu amener un tel homme dans une telle confusion mentale. Est-ce vraiment la maladie, ne dit-on pas qu’il n’y a pas de fumée sans feu … Une évidence s’impose alors à moi, je vais me rendre à Brichester et j’en fait la solennelle promesse à mon vieux mentor. Comme lui ne peux s’y rendre c’est moi qui le ferait et peut être que cela le calmera. Je lui raconterais tout à mon retour et cela apaisera surement son esprit tourmenté.

C’est sur ses mots que je quitte Abraham et que je retrouve la réalité en dehors de cet établissement Un étrange volatile noir et imposant m’attends sur mon véhicule et il s’envole à mon approche. Tout cela est bien étrange, intriguant, et je ne peux empêcher un frisson de parcourir mon échine …

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Dernière édition: par le_prisoner.

Arthur ... un matin de septembre 1934 il y a 3 ans 2 mois #32408

  • Lamed
  • Portrait de Lamed
  • Hors Ligne
  • Messages : 1331
  • Remerciements reçus 50
Arf, on s'est mal compris hier soir. Créatures hypothétiques et FAITS, facts en rosbiff.

Pour le reste, formidable. Allez, au boulot les autres :p

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Arthur ... un matin de septembre 1934 il y a 3 ans 2 mois #32409

  • le_prisoner
  • Portrait de le_prisoner Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Messages : 1402
  • Remerciements reçus 15
Correction faite ... et cela me semble plus cohérent avec l'univers, manquerait plus que l'on parle de korrigans !!! :P

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Page :
  • 1
Temps de génération de la page : 0.106 secondes